Tournai : la maison d’accueil L’Étape reconstruit des vies

Tournai : la maison d’accueil L’Étape reconstruit des vies

L’Étape à Tournai n’est pas juste une maison d’accueil pour personnes et des familles en difficulté et sans toit. Elle compte aussi un atelier de menuiserie, pour redonner le goût et le rythme du travail aux personnes hébergées.

L’atelier de menuiserie de la maison d’accueil L’étape à Tournai organisait ses portes ouvertes ce jeudi. Cette maison située à la rue du Sondart, dans le plein centre-ville de Tournai, accueille des hommes et des femmes en difficulté et qui n’ont plus de toit où dormir, seules ou avec enfants. L’Étape compte 24 lits. En 2011, 70 adultes et 26 enfants ont été hébergés, et 15 personnes ont été accueillies en urgence. La durée moyenne du séjour est de six mois.

Avant de recevoir le toit, les candidats passent un entretien. Notamment pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de souci de cohabitation. Certains locataires étant des ex-détenus, ou des prisonniers en liberté conditionnelle.

L’ASBL offre donc le logement. Mais ce n’est pas tout. Elle trace également un cheminement vers un nouveau départ pour les locataires. “Les locataires sont véritablement accompagnés, même après leur départ de l’Étape. Nous travaillons la recherche de logement, le problème du surendettement, la gestion des budgets, la relation avec le propriétaire du logement, mais aussi tout le reste : l’inscription des enfants à l’école, la recherche d’un travail…” énumère Quentin Ervyn (directeur adjoint).

Vers un nouveau départ

L’Étape a aussi voulu permettre aux locataires de retrouver le rythme et le goût du travail. Ainsi est né l’atelier menuiserie, l’Étap’atelier, dont le chef d’atelier est Philippe Devaux. “Cela permet aux personnes de se recentrer sur une vie normale, avec un travail, des horaires, des pauses… Il faut redonner du sens à leur vie”, souligne Marie-Françoise Couillard (la directrice de la maison d’accueil tournaisienne).

Lors de cet atelier, on y réalise des travaux de menuiserie et d’empaillage de chaises : des caissettes à bière ou à vin, et d’autres produits en bois encore pour des brasseries, des boutiques d’épicerie fine… Les clients sont de plus en plus nombreux, car les stagiaires font du bon boulot. D’ailleurs, de nouveaux clients se sont fait connaître lors des portes ouvertes.

Et cela permet de revaloriser le travail des personnes hébergées à l’atelier de menuiserie. Marie-Françoise Couillard dira encore que “l’Étape, c’est un lieu pour un nouveau départ”.

RTBF.BE – Laurent Dupuis – 01 juin 2012